Le Ravissement

« Tous me connaîtront, des plus petits jusqu'aux plus grands. » (Jr 31.34)
66240noirBaskets Chez357814 Bronx 66240noirBaskets Bronx Bronx Chez357814 thQdsr 66240noirBaskets Chez357814 Bronx 66240noirBaskets Bronx Bronx Chez357814 thQdsr 66240noirBaskets Chez357814 Bronx 66240noirBaskets Bronx Bronx Chez357814 thQdsr 66240noirBaskets Chez357814 Bronx 66240noirBaskets Bronx Bronx Chez357814 thQdsr 66240noirBaskets Chez357814 Bronx 66240noirBaskets Bronx Bronx Chez357814 thQdsr 66240noirBaskets Chez357814 Bronx 66240noirBaskets Bronx Bronx Chez357814 thQdsr
Règles du forum
Initiation à la religion chrétienne, sous forme de questions & réponses, pour les chrétiens et les non-chrétiens. Cet espace n'est pas un lieu de débat mais d'exposé de la religion chrétienne ; les messages de ce forum sont modérés a priori et les réponses hétérodoxes ne seront pas publiées.
Lily59
Censor
Messages : 66
Inscription : mer. 14 sept. 2011, 13:29
Localisation : Nord

Le Ravissement

Message non lupar Lily59 » lun. 18 nov. 2013, 15:00

J'ai cherché sur le forum et ensuite sur internet mais je n'ai pas trouvé de réponse. Donc tout est dans le titre, quelqu'un saurai éclairer ma lanterne?
By Simply Kimono Be Légère Veste Capsule Boxy Black Jl1FKTc

Ben1306
66240noirBaskets Chez357814 Bronx 66240noirBaskets Bronx Bronx Chez357814 thQdsr
Censor
Messages : 178
Inscription : sam. 28 janv. 2012, 10:57

Re: qu'est ce que le ravissement?

Message non lupar Ben1306 » lun. 18 nov. 2013, 17:05

Bonjour,
Pour moi c'est le jour où nous monterons au ciel avant l'Apocalypse.
White Trapèze Calvin Skirt Off Wrap Klein Jupe KclT1J3F

astre
Tribunus plebis
Messages :

66240noirBaskets Chez357814 Bronx 66240noirBaskets Bronx Bronx Chez357814 thQdsr

1128
Inscription : lun. 24 juin 2013, 19:47
Localisation : Bretagne

Re: qu'est ce que le ravissement?

Message non lupar astre » lun. 18 nov. 2013, 18:10

Bonjour,
D84bmanoirMocassins Chez334364 Moc D Annytha Geox A zqUVpSM
A mon avis, c'est l'état d'une personne lorsqu'elle est en extase ... (je ne suis pas sûre du tout ...)
L'amitié nous fait partager de grands moments de bonheur, mais aussi d'immenses peines. L'important est de partager, de s'écouter, de se soutenir.
Abbé Pierre

etienne lorant
Pater civitatis
Richelieus Ricmann Ricmann Derbiesamp; Aldo Richelieus Black Aldo Ricmann Derbiesamp; Aldo Derbiesamp; Black 54L3ARj
Messages : 13044
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: qu'est ce que le ravissement?

Message non lupar etienne lorant » lun. 18 nov. 2013, 19:46

Il y a aussi un ravissement de l'âme - que connaissent certaines âmes privilégiées :

1591.10 février 1938. Pendant la méditation, le Seigneur m’a fait connaître la joie du ciel et des saints qui se réjouissent de notre arrivée. Ils aiment Dieu, comme unique objet de leur amour, mais ils nous aiment aussi tendrement et sincèrement ; mais cette joie venant de la face divine se déverse sur tous, car nous Le voyons face à face. Cette face est si douce que l’âme tombe en un nouveau ravissement.

Petit Journal, sainte Faustine

Extrait des "Demeures" chez sainte Thérèse d'Avila :

EMBRASEMENT DÉLICIEUX

Il est une autre manière que Notre Seigneur utilise pour réveiller l’âme. Au milieu d’une prière vocale, tout à coup, il se produit un embrasement délicieux. C’est comme si un parfum pénétrant se répandait dans tous les sens. L’Époux est là. L’âme a le désir suave de jouir de sa présence tout en étant pressée de faire monter vers lui des actes de louanges très parfaits. Cette faveur, plus courante que la première, a la même origine mais n’est accompagnée d’aucune souffrance.

https://sites.google.com/site/thereseda ... s-demeures
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal
». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Lily59
Censor
Messages : 66
Inscription : mer. 14 sept. 2011, 13:29
Localisation : Nord

Re: qu'est ce que le ravissement?

Message non lupar Lily59 » mar. 19 nov. 2013, 8:03

Merci pour vos réponses
J'aurai du le préciser avant, c'était un peu vague, mais c'est dans ce sens là que je cherche une réponse
Bonjour,
Pour moi c'est le jour où nous monterons au ciel avant l'Apocalypse.
J'aurai aimé avoir un peu plus d'informations sur le sujet, merci
Only God can judge me
amp;bear Droit Blue Jean Pull EHWeD2bYI9
Femme Pompons Nu Large Mule Broderies Catégories Bride Et Pieds KFuTl31Jc Fée Violine
AlejandrinableuMules Chez275695 Sabots Et Gioseppo AlejandrinableuMules Gioseppo CoeBdx
Consul
Messages : 10198
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :
Contacter Fée Violine
Site internet 66240noirBaskets Chez357814 Bronx 66240noirBaskets Bronx Bronx Chez357814 thQdsr

Re: qu'est ce que le ravissement?

Message non lupar Fée Violine » mar. 19 nov. 2013, 12:34

Bonjour Lily,

un peu d'information, c'est beaucoup dire, vu qu'il s'agit seulement d'une théorie proposée par certains protestants, notamment notre ami gerardh, et apparemment aussi Ben1306, qui pensent que Dieu emmènera les chrétiens au ciel, juste avant le Jugement dernier.Green Collection Soirée Esprit Viola Robe De Dusty n0wOP8k

D'autre part, Ben parle de "l'Apocalypse" dans le sens de la fin du monde, ou du Jugement dernier. En réalité, le mot Apocalypse, qui en grec signifie "révélation", est seulement le nom d'un livre de la Bible qui expose des révélations d'ordre spirituel. Certains interprètent ce livre comme prédisant l'avenir, mais on peut le comprendre au sens symbolique.

gerardh
Tribunus plebis
Messages : 4704
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)
TasselmarronMocassins Chez341287 4 Rockport Bennett Lane Tl1KJFc

Re: qu'est ce que le ravissement?

Message non lupar gerardh » mar. 19 nov. 2013, 18:23

_______

Bonjour,

Pour moi cette expression n'est pas familière. S'agit-il de l'extase (on en voit quelques exemples dans la Bible)? Où s'agit-il de l'enlèvement de l'Eglise (ensemble des chrétiens) encore appelée parousie ? Je pense que dans un futur, selon moi qui est proche, Jésus apparaîtra sur les nuées pour prendre son Eglise et l'emmener dans la maison du Père. Voir Jean 14, 3 ou 1 Cor 15, 51-54 ou 1 Thess 4, 13-18.


___________
Haut

Fée Violine
Consul
Messages : 10198
Inscription :Robe Desigual Nagar Red Vest D'été WHE9D2I mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :
Contacter Fée Violine
Site internet

Re: qu'est ce que le ravissement?

  • Citer

Message non lupar CovenoirEscarpins Carlita Clarks Carlita CovenoirEscarpins Clarks Chez245193 Chez245193 A3jLRq54Fée Violine » mar. 19 nov. 2013, 22:46

Gerardh, la parousie ce n'est pas ça. Le mot "parousie" signifie en grec "présence". C'est-à-dire que Jésus-Christ sera à nouveau présent parmi nous, c'est ce que nous disons dans le Credo : "Il reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts". Mais il n'est pas question d'enlèvement là-dedans.
Ice Woden Nora Baskets Blue Basses cTJ3ul5F1K
Haut

Peccator
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris66240noirBaskets Chez357814 Bronx 66240noirBaskets Bronx Bronx Chez357814 thQdsr

Re: qu'est ce que le ravissement?

  • Citer

Message non lupar Peccator » mer. 20 nov. 2013, 1:17

Accessoirement, méditant aujourd'hui sur les textes de dimanche prochain, solennité du Christ Roi, je me faisais la réflexion que le Christ a inauguré son Royaume en mourant sur la croix. Voilà son trône. Plus j'avance dans la foi, plus je me dis que le retour dans la gloire, ce ne sera probablement l'image mondaine que l'on se fait dans la gloire.

Après tout, les juifs attendaient un messie roi glorieux, et c'est Jésus qui est venu, de la manière que l'on connait.

Le retour dans la gloire, je ne sais pas à quoi il ressemblera, mais je m'attends à être surpris... et probablement dérouté. En tout cas, Jésus trônant sur les nuées, je n'y crois plus beaucoup.


Pour en revenir à la question de Lily, je pense aussi que le ravissement, c'est une forme d'extase.
Jillian Bermuda Kaffe Light Melange Grey Pant Short MLzGSVpqU
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36
Haut

Ben1306
Censor
Messages : 178
Inscription :66240noirBaskets Chez357814 Bronx 66240noirBaskets Bronx Bronx Chez357814 thQdsr sam. 28 janv. 2012, 10:57

Re: qu'est ce que le ravissement?

  • Citer

Message non lupar Ben1306 » mer. 20 nov. 2013, 15:02

Bonjour Lily,

un peu d'information, c'est beaucoup dire, vu qu'il s'agit seulement d'une théorie proposée par certains protestants, notamment notre ami gerardh, et apparemment aussi Ben1306, qui pensent que Dieu emmènera les chrétiens au ciel, juste avant le Jugement dernier.

D'autre part, Ben parle de "l'Apocalypse" dans le sens de la fin du monde, ou du Jugement dernier. En réalité, le mot Apocalypse, qui en grec signifie "révélation", est seulement le nom d'un livre de la Bible qui expose des révélations d'ordre spirituel. Certains interprètent ce livre comme prédisant l'avenir, mais on peut le comprendre au sens symbolique.
Je me suis mal exprimé pardon.
Haut

gerardh
Tribunus plebis
Messages : 4704
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: qu'est ce que le ravissement?

  • Citer

Message non lupar gerardh » mer. 20 nov. 2013, 17:14

________

Bonjour Fée Violine,

Je suis personnellement incompétent pour soutenir mordicus que le mot parousie est le meilleur ou le plus adéquat pour désigner l'enlèvement de l'Eglise. Notons cependant que le Christ en Jean 14, parle alors d'une présence avec lui.

Sur l'enlèvement de l'Eglise lui-même je ne peux que vous suggérer de vous reporter aux versets que j'ai indiqués : "Voir Jean 14, 3 ou 1 Cor 15, 51-54 ou 1 Thess 4, 13-18".


__________
Haut

poche
Tribunus plebis
Messages : 2317
Inscription : lun. 11 mars 2013, 9:28

Re: qu'est ce que le ravissement?

  • Citer

Message non lupar poche » jeu. 21 nov. 2013, 8:55

Ste Therese d'Avila a ecrit sur cette chose. Elle a dite que pour ceux qui n'avont l'experience c'eest presque impossible de comprendre. Voici qu'elle a ecrit sur le ravissement,

De l'état d'oraison où Dieu suspend l'âme dans le ravissement, ou l'extase, ou le rapt, qui sont, à son avis, une seule et même chose. Du grand courage qui lui est nécessaire pour recevoir de hautes faveurs de Sa Majesté.


1 Au milieu des choses que j'évoque, épreuves et autres, comment le pauvre petit papillon pourrait-il rester en repos ? Tout l'incite à désirer plus vivement jouir de l'époux ; et Sa Majesté, qui connaît notre faiblesse, use de tout cela pour disposer son courage à s'unir à un si grand Seigneur et à le prendre pour Époux.

2 Vous allez rire de ce que je dis, et estimer que c'est folie ; n'importe laquelle d'entre vous jugera que ça n'est pas nécessaire, et qu'il n'est femme de basse origine qui n'ait le courage d'épouser le roi. Je suis de cet avis quant au roi de la terre, mais quant au roi du ciel, il en faut, je le répète, plus que vous ne le pensez ; car notre nature est bien timide et basse devant quelque chose d'aussi grand, et je tiens pour certain que si Dieu n'y pourvoyait, malgré tout ce que vous voyez, ou tous les avantages qui s'ensuivent, ce serait impossible. Vous allez donc voir ce que fait Sa Majesté pour conclure ces fiançailles, et j'entends que c'est dans ce but qu'Elle donne des ravissements qui font perdre le sens ; car sans être hors de sens, si l'âme se voyait si proche de cette haute Majesté, il lui serait d'aventure impossible de continuer à vivre. Cela s'entend des vrais ravissements, et non de ces faiblesses de femmes, comme nous en avons par ici, où tout nous semble ravissement et extase. Comme je crois l'avoir bien dit, il est des natures si faibles qu'elles se meurent d'une heure d'oraison. Je veux exposer ici plusieurs des formes de ravissement dont j'ai été informée, (j'ai eu des rapports avec tant de personnes spirituelles), sans être toutefois certaine d'y réussir, comme ce fut le cas lorsque j'ai écrit ailleurs sur ce sujet (Autobiographie, chap. 20) et pour certaines des choses dont je parle ici ; pour diverses raisons, il semble n'y avoir aucun inconvénient à en reparler, ne serait-ce que pour qu'on trouve ici, ensemble, toutes les Demeures.

3 Dans l'une de ces formes de ravissement, lorsque l'âme qui n'est peut-être pas en oraison, est touchée par une parole de Dieu qu'elle se rappelle ou qu'elle entend, il semble que Sa Majesté, de l'intérieur de l'âme, exalte l'étincelle que nous avons évoquée, émue de pitié d'avoir vu cette âme souffrir si longtemps de désir ; alors, embrasée tout entière comme l'oiseau Phénix elle est renouvelée, et on peut croire pieusement que ses fautes lui sont pardonnées : cela s'entend dans les dispositions voulues et avec les moyens à portée de cette âme, que l'Église enseigne Ainsi purifiée, le Seigneur l'unit à Lui, sans que personne ne s'en avise, sauf eux deux ; l'âme elle-même ne s'en avise point de manière à pouvoir en parler par la suite, bien qu'elle n'ait pas intérieurement perdu le sens ; cela ne saurait se comparer à un évanouissement, ni a une syncope, où tout sentiment intérieur ou extérieur est aboli.

4 Il m'apparaît que dans ces cas l'âme est plus éveillée que jamais aux choses de Dieu, plus éclairée dans la connaissance de Sa Majesté. Cela peut sembler impossible ; alors que les puissances et les sens sont si absorbés qu'on peut les dire morts comment peut-on entendre qu'ils comprennent ce secret ? Nul n'en sait rien, ni moi, ni peut-être aucune créature, le Créateur seul le sait, ainsi que bien d'autres choses qui se manifestent dans cet état, c'est-à-dire dans ces deux Demeures ; car on pourrait bien parler conjointement de ces deux Demeures, il n'y a pas entre l'une et l'autre de porte fermée. Mais puisqu'il se passe dans la dernière des choses qui ne se sont pas manifestées à ceux qui n'y sont pas encore parvenus, j'ai préféré les séparer.

5 Lorsque le Seigneur juge bon de communiquer à l'âme ravie certains secrets, ou certaines choses du ciel, ou des visions imaginaires (sur les vision imaginaire et intellectuelle, voir (Autobiographie, chap. 28), elle peut ensuite en faire le récit ; cela reste gravé dans sa mémoire de telle manière que jamais elle ne l'oublie. Mais quand ce sont des visions intellectuelles, elle est incapable de rien en dire ; à ce degré, certaines doivent être si élevées qu'il ne convient pas que ceux qui vivent sur terre les comprennent et en parlent ; toutefois, une personne qui a le sain usage de ses sens peut décrire ici-bas beaucoup de ces visions intellectuelles. J'en parlerai en temps voulu, puisque l'ordre m'en fut donné par quelqu'un qui a autorité pour cela ; bien qu'il paraisse présomptueux de le croire, ce sera peut-être utile à quelques âmes.

6 Mais, me direz-vous, si ces âmes ne gardent aucun souvenir des si hautes faveurs que le Seigneur leur accorde alors, quel profit y trouvent-elles ? Ô mes filles ! Il est si grand qu'on ne le dira jamais assez ; car bien qu'elles soient indescriptibles, elles se gravent fortement au plus intime de l'âme, on ne les oublie jamais. Mais si aucune image ne les accompagne et si les puissances ne les comprennent point, comment peut-on se les rappeler ? Je ne le comprends pas moi- même ; mais je comprends que certaines vérités sur la grandeur de Dieu sont si fortement fixées dans ces âmes que même si la foi ne leur disait qui il est, avec l'obligation d'y croire pour l'Amour de Dieu, elles adoreraient en lui cette grandeur à partir de cet instant, comme Jacob quand il vit l'échelle ; il dut saisir alors d'autres secrets qu'il ne sut répéter ; la vue d'une échelle par laquelle descendaient et montaient des anges n'eût pas suffi à lui faire comprendre de si grands mystères, sans un surcroît de lumières intérieures.

7 Je ne sais si je m'exprime bien, car bien que j'en aie entendu parler, j'ignore si mes souvenirs sont exacts. Moïse lui non plus n'a pas su dire tout ce qu'il avait vu dans le buisson, mais uniquement ce que Dieu lui permit de révéler. Mais si Dieu n'avait pas communiqué à son âme des secrets, s'il ne lui avait pas octroyé la certitude de voir et de croire que cela venait de Dieu, il n'aurait pas tant entrepris, au prix de si grandes épreuves ; il dut découvrir au milieu des épines de ce buisson de fort grandes choses qui lui donnèrent le courage de faire ce qu'il fit pour le peuple d'Israël. Donc, mes soeurs, nous n'avons pas à chercher des raisons de comprendre les choses cachées de Dieu, mais puisque nous croyons en sa puissance, nous devons croire, c'est clair, que le ver de terre que nous sommes, dont la puissance est si limitée, est incapable de concevoir ses grandeurs. Louons-le vivement de consentir à nous en faire comprendre quelques-unes.

8 Je désirerais trouver une comparaison qui éclaire un peu ce que je dis, je crains qu'il n'y en ait pas de bonne, mais donnons celle-ci : vous pénétrez dans l'appartement d'un roi ou d'un grand Seigneur, ce qu'on appelle, ce me semble, un salon, où on trouve en nombre infini, toutes sortes de verreries, de poteries et beaucoup de choses, disposées en si bel ordre qu'on les voit presque toutes en y entrant. On m'a introduite un jour dans l'une de ces salles chez la Duchesse d'Albe, (où sur les instances de cette dame, l'obéissance m'avait commandé de demeurer au cours d'un voyage) ; ébahie, en y pénétrant, je me demandais a quoi pouvait servir cette foule d'objets, tout en considérant qu'on pouvait louer le Seigneur de voir une telle variété de choses, et il est amusant de constater combien cela m'est utile pour ce que j écris ; j'y passai un moment, mais il y avait tant a voir que j'oubliai tout immédiatement et que je ne gardai le souvenir d'aucune de ces pièces ; je ne saurais pas plus décrire leur facture que si je ne les avais jamais vues. Il en est de même lorsque, introduite dans cet appartement du ciel empyrée que nous devons avoir à l'intérieur de nos âmes, l'âme ne fait qu'un, très intimement, avec Dieu, (puisque Dieu est dans l'âme, il est clair qu'il y a dans l'âme une de ces Demeures). Toutefois lorsque l'âme est ainsi, en extase, le Seigneur ne doit pas toujours lui permettre de pénétrer ces secrets, (elle est d'ailleurs si occupée à jouir de lui que ce bonheur lui suffit), mais il lui permet parfois de se ranimer, et de voir soudain ce qu'il y a dans cet appartement. Revenue à elle, elle garde donc l'image des grandeurs quelle a vues ; elle ne peut néanmoins en décrire aucune, sa nature ne se hausse pas au-delà de ce que Dieu a voulu lui montrer surnaturellement.

9 Suis-je donc en train de confesser ce qui a été vu, et qu'il s agit d'une vision imaginaire ? Je ne veux rien dire de semblable, cela n'est pas mon objet, mais la vision intellectuelle ; je manque d'instruction, mon ignorance est incapable de rien exprimer ; si je me suis bien expliquée à propos de cette oraison, je comprends clairement que ce n'est pas de mon propre chef. Pour moi, je suis d'avis que lorsque l'âme à qui Dieu accorde ces ravissements ne pénètre que certains de ces secrets, ce ne sont pas des ravissements, mais quelque faiblesse naturelle ; car il se peut que des personnes de faible complexion, et c'est notre cas à nous, femmes, surmontent la nature par une certaine force d'esprit, et restent absorbées, comme je crois l'avoir dit à propos de l'oraison de quiétude. Cela n'a rien de commun avec le ravissement ; lorsque c'en est un, croyez-le, Dieu dérobe l'âme tout entière, elle est sa propre chose, et en tant que telle, désormais, son Épouse, il lui montre peu à peu quelque petite parcelle du royaume qu'elle a mérité, en tant qu'épouse ; si petite soit-elle, tout est abondance dans ce grand Dieu, et il ne permet à personne de l'entraver, ni aux puissances, ni aux sens ; il donne l'ordre immédiat de fermer les portes de toutes ces Demeures, celle où il réside reste seule ouverte pour nous y introduire. Bénie soit une si grande miséricorde ; ceux qui ne voudraient pas en profiter, et qui perdraient ce Seigneur, seront maudits à juste titre.

10 Ô mes soeurs ! ce que nous quittons n'est rien, ni tout ce que nous faisons, ni tout ce que nous pourrions faire pour un Dieu qui consent ainsi à se donner à un ver de terre ! Puisque nous espérons jouir de ce bien dès cette vie même, que faisons-nous ? A quoi nous arrêtons-nous ? Est-il rien d'assez grand pour nous distraire un instant de chercher ce Seigneur, comme le faisait l'épouse, dans les rues et sur les places ? Oh ! tout au monde est moquerie qui ne nous rapproche de cela et ne nous aide pas à le rejoindre, même si délices, richesses, joies, tout ce qu'on peut imaginer, devaient durer toujours ! Tout est dégoût, ordure, en comparaison des trésors dont nous devons jouir à jamais ! Et cela même n'est rien, comparé au seul fait de posséder le Seigneur de tous les trésors, ceux du ciel et de la terre.

11 Ô aveuglement humain ! Jusques à quand, jusques à quand, attendrons-nous qu'on retire cette poussière de nos yeux ? Elle ne semble pas abonder parmi nous au point de nous aveugler tout à fait, mais je vois cependant de petits grains, de petits graviers, qui suffiront à nous faire grand tort, si nous les laissons s'accumuler ; pour l'amour de Dieu, mes soeurs, servons-nous de ces fautes pour connaître notre misère, qu'elles épurent notre vue, comme le fit la boue pour l'aveugle qu'a guéri notre Époux (Jn 9,6-7) ; à nous voir, donc, si imparfaites, supplions le d'autant plus vivement d'extraire le bien de nos misères, pour contenter Sa Majesté en toutes choses.

12 Je me suis beaucoup écartée de mon sujet par inadvertance. Pardonnez-moi, mes soeurs, et croyez que lorsque j'approche des grandeurs de Dieu, c'est-à- dire, lorsque j'en parle, je ne puis retenir de vives plaintes : je vois ce que nous perdons par notre faute. Car bien que le Seigneur donne ces choses à qui il veut, si nous aimions Sa Majesté comme Elle nous aime, Elle nous les donnerait à nous tous. C'est son unique désir, trouver à qui donner, et ses richesses ne diminuent pas pour autant.

13 Pour en revenir, donc, à ce que je disais, l'Époux ordonne la fermeture des portes des Demeures, et même celles du château et de l'enceinte ; car lorsqu'il veut enlever cette âme, et la ravir, elle perd la respiration, et même si elle garde un peu plus longtemps l'usage des sens, il lui est totalement impossible de parler ; mais parfois, aussi, tout s'interrompt soudain, les mains et le corps se refroidissent à tel point qu'elle croit être privée d'âme, et qu'il arrive même qu'on ne perçoive plus son souffle. C'est bref, et je le précise : cet état-là est bref ; car dés que ce grand ravissement se relâche, le corps semble se ressaisir un peu, il reprend haleine pour mourir à nouveau et donner à l'âme un supplément de vie ; et pourtant, cette grande extase ne dure pas longtemps.

14 Lorsqu'elle a cessé, il arrive néanmoins que la volonté reste si absorbée et l'entendement si égaré, pendant des jours et encore des jours, que cette âme semble incapable de rien comprendre de ce qui n'éveille pas la volonté et l'incite à aimer ; elle est toutefois fort éveillée à l'amour, mais endormie s'il s'agit d'affronter les créatures et de s'y attacher.

15 Quand l'âme revient tout à fait à elle, oh ! quelle confusion est la sienne, quel immense désir elle a de s'employer au service de Dieu, de quelque façon il veuille l'utiliser ! Si les effets des états d'oraison précédents sont comme je les ai décrits, que peut-il s'ensuivre d'une faveur aussi grande que celle-là ? Je voudrais vivre mille vies pour les vouer toutes au service de Dieu, et que toutes choses sur terre se transforment en langues pour le louer. Le désir de faire pénitence est immense : on n'y a guère de mérite, la force de l'amour est telle que l'âme ne se ressent guère de tout ce qu'elle fait, elle voit clairement que les tourments qu'enduraient les martyrs étaient peu de chose, car avec cette aide de Notre-Seigneur, tout devient facile ; ces âmes, donc, se plaignent à Sa Majesté quand elles n'ont pas l'occasion de souffrir.

16 Quand Sa Majesté leur fait cette faveur en secret, elles l'estiment à sa très haute valeur ; mais quand plusieurs personnes en sont témoin, elles sont si confuses, si honteuses, que leur âme, en quelque sorte, se vide du bonheur dont elle a joui, tant elle est soucieuse, affligée, de ce que les gens penseront de ce qu'ils ont vu. Elles connaissent la malice du monde, et comprennent que d'aventure on ne l'attribuera pas à qui de droit, et au lieu d'y trouver une occasion de louer le Seigneur, ce sera peut-être un sujet de médisances. Sous certains aspects, cette peine et cette confusion me semblent un manque d'humilité, mais cela ne dépend plus de leur volonté ; en effet, si cette personne souhaite le blâme, que lui importe ? Comme l'a dit Notre-Seigneur à quelqu'un qui s'affligeait ainsi : " Ne te mets pas en peine, puisqu'ils doivent soit me louer, Moi, soit médire de toi ; et quoi qu'on dise, tu y gagnes (Autobiographie, chap. 31). " J'ai su plus tard que ces paroles avaient beaucoup encouragé et soutenu cette personne ; je les rapporte ici, au cas où l'une de vous connaîtrait pareille affliction. Notre-Seigneur semble vouloir que tout le monde comprenne que cette âme est déjà sienne, et que personne n'a le droit d'y toucher. Qu'on s'attaque à son corps, à son honneur, à ses biens, à la bonne heure : tout contribuera à honorer Sa Majesté ; mais quant à l'âme, point ; si elle ne s'éloigne pas de son Époux par une outrecuidance fort coupable, il la protégera contre le monde entier, et même contre tout l'enfer.

17 Je ne sais si j'ai réussi à faire comprendre ce qu'est le ravissement ; tout dire est impossible, comme je l'ai signalé, mais je sens qu'on ne perd rien à s'y essayer, pour faire comprendre en quoi il consiste ; car il diffère beaucoup, par ses effets, des ravissements feints. Si j'emploie le mot " feints ", ce n'est pas que la personne qui les a veuille tromper, mais elle est trompée. Et lorsque les signes et les effets ne sont pas conformes à une si haute grâce, on la diffame à tel point qu'en conséquence, et avec juste raison, on ne croira plus celles à qui le Seigneur l'accorde. Qu'il soit à jamais béni et loué. Amen, amen.

http://livres-mystiques.com/partieTEXTE ... eure6.html
Haut

poche
Tribunus plebis
Messages : 2317
Inscription : lun. 11 mars 2013, 9:28

Re: qu'est ce que le ravissement?

  • Citer

Message non lupar poche » jeu. 21 nov. 2013, 9:01

Encore elle a ecrit;

Il est une autre sorte de ravissement, ou vol de l'esprit dis-Je à ma façon ; car bien qu'en substance ce soit la même chose, le sentiment intérieur est fort différent. Parfois, on sent soudain un mouvement de l'âme si accéléré que l'esprit semble emporté à une vélocité qui fait grand peur, particulièrement dans les débuts ; c'est pourquoi je vous disais que ceux à qui Dieu accorde ces grâces doivent avoir beaucoup de courage, de la foi, de la confiance, et être pleinement résignés à laisser Notre-Seigneur faire de l'âme ce que bon lui semble. Croyez-vous que la personne, qui en pleine possession de ses sens, sent son âme emportée soudain, puisse n'être qu'à peine troublée ? Nous avons même lu que le corps suit parfois, sans savoir où il va, qui l'emporte, ni comment ; car au début de ce mouvement momentané, on n'est pas tellement certain qu'il vienne de Dieu.

2 N'y a-t-il aucun moyen d'y résister ? Aucun ; ce serait même pire. Certaine personne m'a dit que Dieu semble vouloir faire comprendre à l'âme qui s'est remise en ses mains et s'est donnée à Lui si souvent et si sincèrement tout entière avec une volonté totale, qu'elle ne s'appartient plus, et il la ravit dans un élan encore plus impétueux ; cette personne avait décidé d'être comme la paille que l'ambre soulève, comme vous l'aurez remarqué, et de s'abandonner dans les mains de Celui qui, dans sa toute-puissance, sait que la plus grande sagesse est de faire de nécessite vertu. Et parce que j'ai parlé de la paille, la vérité est qu'avec la même facilité qu'un géant peut ravir une paille, notre grand et puissant géant ravit l'esprit.

3 Cela évoque ce bassin dont nous avons parlé, dans la quatrième Demeure, ce me semble (Quatrième Demeures, chap. 2 et 3), qui avec une telle douceur sans aucun frémissement, s'emplissait ; mais ici, ce grand Dieu qui retient les sources des eaux et qui ne permet pas à la mer de sortir de ses limites, déchaîne les sources qui alimentent ce bassin ; dans un élan impétueux, une vague se soulève, si puissante qu'elle élève sur les hauteurs cette nacelle qu'est notre âme. Et de même qu'une nacelle ne peut lutter, que le pilote et tous ceux qui la gouvernent sont impuissants à la maintenir où ils le veulent au milieu des vagues en furie, l'âme peut encore moins arrêter où elle le veut son mouvement intérieur, ni obtenir que ses sens et ses puissances fassent autre chose que ce qui leur est commandé. Quant à l'extérieur, on n'en fait ici aucun cas.

4 Vraiment, mes soeurs, rien que d'écrire cela, je m'émerveille de voir se montrer la grande puissance de ce grand Roi et Empereur : que sera-ce de ceux qui le vivent ! M'est avis que si Sa Majesté se découvrait à ceux qui errent en ce monde et s'y perdent comme elle se découvre à ces âmes, par crainte, à défaut d'amour, elles n'oseraient plus l'offenser. Mais, oh ! que celles qui ont été instruites sur de si hauts chemins ont donc le devoir de chercher de toutes leurs forces à ne pas fâcher ce Seigneur ! Pour l'amour de Lui, je vous supplie, mes soeurs, vous, à qui Sa Majesté aurait accordé cette faveur ou des grâces semblables de veiller à ne pas vous contenter de recevoir. Considérez que quiconque doit beaucoup devra beaucoup payer.

5 Ici encore il faut un grand courage, car cela effraie vivement. L'âme à qui Notre-Seigneur n'en donnerait point vivrait dans une grande affliction ; la vue de ce que Sa Majesté fait d'elle, suivie d'un retour sur elle-même, lui prouverait qu'elle n'est guère capable de faire ce qu'elle doit, le peu qu'elle fait lui paraîtrait plein de fautes, de failles, de faiblesses ; pour ne pas penser aux imperfections de son oeuvre, si tant est qu'elle en fasse, elle préfère tâcher d'oublier, : et se cacher dans la miséricorde de Dieu ; puisqu'elle n'a pas de quoi payer, que Sa pitié et Sa miséricorde à l'égard des pécheurs y suppléent.

6 Peut-être lui répondra-t-il comme à une personne qui se tenait devant un crucifix, fort affliger, considérant qu'elle n'avait jamais rien eu à donner à Dieu, ni quoi que ce soit à quitter pour lui. Pour la consoler, le Crucifié lui-même lui dit qu'il lui donnait toutes les douleurs et toutes les épreuves qu'il avait souffertes dans sa passion ; elle pouvait se les approprier, pour les offrir à son père. (Sainte Thérèse reçut cette faveur à Séville en 1575 ou 76. Vois Faveur de Dieu.) Ce fut pour cette âme un tel réconfort, elle se vit si riche, m'a-t-elle dit, qu'elle n'a jamais pu l'oublier ; elle se le rappelle même chaque fois qu'elle voit sa misère, et se retrouve fortifiée, consoler. Je pourrais évoquer certaines choses comme celle-là, j'ai connu tant de personnes saintes et vouées à l'oraison que j'en sais un grand nombre ; j'y résiste pour que vous ne pensiez pas qu'il s'agit de moi. Ce que je viens de vous dire me semble fort propre à vous faire comprendre combien la connaissance que nous avons de nous-même est agréable à Notre Seigneur, ainsi que l'effort de toujours considérer et reconsidérer notre pauvreté, notre misère, certaines de ne rien posséder que nous n'ayons reçu. Donc, mes soeurs, pour cela et beaucoup d'autres choses qui se présentent à l'âme que le Seigneur a fait accéder à cet état, il faut du courage ; et, ce me semble, plus encore pour la dernière de ces faveurs que pour toutes les autres, si elle est humble. Plaise au Seigneur de nous en donner, il en a le pouvoir.

7 Pour revenir à ce brusque rapt de l'esprit, il est tel que l'esprit semble vraiment quitter le corps, et pourtant, c'est clair, cette personne n'est pas morte ; mais pendant quelques instants, elle ne peut dire si son esprit est dans son corps, oui ou non. Il lui semble avoir été tout entière dans une autre région, bien différente de celle où nous vivons ; là, on lui a montré une autre lumière, si différente de celle d'ici-bas qu'elle aurait pu passer sa vie entière à la fabriquer, ainsi que d'autres choses, sans y parvenir. Et en un instant, on lui montre tant de choses à la fois que si son imagination et sa pensée travaillaient des années à les agencer, elle n'y parviendrait pas pour une sur mille. Ce n'est pas une vision intellectuelle, mais imaginaire, on la voit des yeux de l'âme beaucoup mieux que nous ne voyons ici-bas des yeux du corps, et, sans paroles, on lui fait comprendre certaines choses ; ainsi, si elle voit des saints, elle les reconnaît comme si elle les avait beaucoup fréquentés.

8 D'autres fois, en même temps que les choses qu'elle voit des yeux de l'âme, d'autres lui sont montrées par une vision intellectuelle, en particulier une multitude d'anges, en compagnie de leur Seigneur ; et sans rien voir des yeux du corps ni de l'âme, par une connaissance admirable que je ne saurais expliquer, on lui présente ce que je dis, et beaucoup d'autres choses indicibles. Quelqu'un de plus habile que moi qui en aurait l'expérience pourrait peut-être le faire comprendre, mais cela me semble bien difficile. Je ne saurais dire si l'âme est unie au corps lorsque cela se produit ; du moins je ne jurerais pas qu'elle soit dans le corps, ni que le corps soit sans l'âme.

9 J'ai souvent pensé ceci : de même que le soleil immobile au ciel a des rayons d'une telle puissance qu'ils nous parviennent en un instant sans qu'il bouge de là-haut, l'âme et l'esprit ne font qu'un, comme ne font qu'un le soleil et ses rayons ; et ainsi, tout en restant à sa place, l'âme, par la puissance de la chaleur qui lui vient du vrai Soleil de Justice, peut projeter au-dessus d'elle-même ce qu'il y a de supérieur en elle. Enfin, je ne sais ce que je dis. Ce qui est vrai, c'est qu'à la vitesse d'une balle sortie d'une arquebuse à laquelle on a mis feu, il se produit intérieurement une envolée (je ne sais quel autre nom lui donner), dont le mouvement est si clair, bien que sans bruit, qu'on ne peut l'attribuer à l'imagination ; et voilà l'âme tout hors d'elle-même autant qu'elle peut le comprendre, et de grandes choses lui sont montrées ; quand elle revient à elle, elle a tant gagné, les choses de la terre lui semblent si peu de chose comparées à ce qu'elle a vu, qu'elle n'y voit qu'ordures ; dés lors elle vivra sur terre à dures peines, rien de ce qui lui plaisait naguère n'a pour elle le moindre intérêt. Le Seigneur semble avoir voulu lui faire entrevoir le pays où elle ira un jour, comme les envoyés du peuple d'Israël rapportèrent des signes de la Terre Promise, pour l'aider à supporter les épreuves de cette route si pénible, sachant où elle ira se reposer. Quelque chose qui passe si vite ne vous semblera peut-être pas devoir être très profitable, mais l'âme en tire de si grands bénéfices que nul ne saurait les apprécier à leur valeur, sauf ceux qui en ont fait l'expérience.

10 On voit bien par là que ce n'est pas chose du démon ; l'imagination n'y peut rien, et le démon serait impuissant à représenter des choses si efficaces, qui laissent dans l'âme tant de paix, de calme, et de bienfaits, trois, en particulier, à un très haut degré. Le premier est la connaissance de la grandeur de Dieu, car plus elle se découvre à nous, plus nous sommes admis à la comprendre. Le second : connaissance de soi, humilité de voir comment chose si basse comparée au Créateur de tant de grandeurs a osé l'offenser, et même le regarder. Le troisième ne guère priser toutes les choses de la terre, si ce n'est celles qui peuvent s'employer au service d'un si grand Dieu.

11 Tels sont les premiers joyaux que l'Époux donne ici à son épouse, ils sont d'une telle valeur qu'elle ne s'exposera pas au risque de les perdre ; ce qu'elle a vu reste si gravé dans sa mémoire qu'il lui est impossible, je crois, de l'oublier en attendant d'en jouir pour toujours, sous peine de subir un immense dommage ; mais l'Époux qui lui fait ce don a aussi le pouvoir de lui donner la grâce de ne pas le perdre.

12 Donc, pour en revenir au courage nécessaire, pensez-vous que ce soit peu de chose ? Car l'âme semble vraiment se séparer du corps, elle voit ses sens lui échapper et ne comprend pas pourquoi. Il faut que Celui qui lui donne tout le reste lui donne aussi du courage. Vous direz qu'elle est bien payée de ses craintes ; je suis du même avis. Loué soit à jamais Celui qui peut tant donner. Plaise à Sa Majesté de nous accorder de mériter de la servir. Amen

http://livres-mystiques.com/partieTEXTE ... eure6.html
66240noirBaskets Chez357814 Bronx 66240noirBaskets Bronx Bronx Chez357814 thQdsr
Haut


Répondre
  • Envoyer le sujet par courriel
  • Aperçu avant impression
66240noirBaskets Chez357814 Bronx 66240noirBaskets Bronx Bronx Chez357814 thQdsr
13 messages • Page 1 sur 1

Revenir vers « Le Christianisme "pour les nuls" ! »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit